avril 01 2015, Categorie: Communiqués de presse
« Clitoraid est heureuse d’annoncer sa troisième "Semaine mondiale de sensibilisation au clitoris", du 3 au 10 mai 2015 », nous annonce Nadine Gary, porte-parole de Clitoraid, dans une déclaration publiée aujourd'hui.
« Nos sept premières années d'actions humanitaires ont été consacrées à la réparation chirurgicale du clitoris pour les femmes qui souffrent de mutilations génitales et du 1 au 14 mars dernier, Clitoraid a réalisé sa premiere mission humanitaire au Burkina Faso. 38 patientes souffrant du mutilations génitales ont pu être opérées et retrouver leur intégrité génitale et ainsi leur dignité», précise Mme Gary. « Et, pour la troisième année consécutive, nous souhaitons également faire honneur au plaisir sexuel de toutes les femmes, car toutes les femmes peuvent jouir d'une bonne santé sexuelle ».

Elle ajoute que Clitoraid considère que sa mission est également de sensibiliser le public au sujet du clitoris.

« Ce bel organe a été ignoré, vilipendé, rendu tabou, puis considéré comme un pêché et une honte pendant tant de siècles à cause de l'influence des valeurs religieuses patriarcales de la société » déclare encore Mme Gary. « Il est temps de donner enfin au clitoris l'attention qu'il mérite en tant que seul organe humain ayant une fonction exclusivement liée au plaisir sexuel ».

Il n'est pas nécessaire de remonter très loin dans l'histoire pour comprendre pourquoi les femmes occidentales portent encore les stigmates de la culpabilité sexuelle, selon elle.

« Au 19ème siècle, la "nymphomanie" était considérée comme une maladie (peut-être encore aujourd’hui ?) et l'on estimait que la masturbation provoquait la jaunisse, la cécité et la mort prématurée. En outre, les médecins croyaient que l'excitation sexuelle détruisait l'équilibre mental des femmes. Le clitoris était considéré comme la source de ces problèmes et d'autres supposés. En 1865, le président de la British Medical Society a recommandé l'excision du clitoris comme remède à des maladies telles que l'épilepsie et l'hystérie.

Curieusement, les scientifiques n'avaient aucun intérêt (ou aucun fonds) à consacrer à une recherche complète sur le clitoris jusqu'au 21ème siècle ! Le docteur Helen O'Connell, urologue à Melbourne, en Australie, a finalement cartographié complètement et précisément cet organe féminin dans toute sa splendeur voluptueuse en utilisant un appareil IRM ».

Mme Gary précise que le clitoris est l’organe qui possède le plus de terminaisons nerveuses dans l'ensemble du corps humain : environ 8000 (en comparaison, le pénis en a environ 5000).



« L’étude échographique du Dr O'Connell indique que le clitoris atteint 8 pouces (20 cm) de longueur » ajoute Nadine Gary. « Il est composé d’un épais tissu érectile très agréable qui est enroulé autour de la vulve comme deux magnifiques arches érogènes ». (Ce qui explique pourquoi il est possible de restaurer chirurgicalement un clitoris dont la pointe a été mutilée.)

Pour la Semaine internationale de sensibilisation au clitoris, nous invitons toutes les femmes à organiser des événements dans leurs communautés.

« Que ce soit au moyen de conférences pédagogiques, d’expositions artistiques, de chansons et de danses, ou d’une « nuit entre filles » pour partager des expériences et des connaissances... chaque femme peut fêter sa beauté sexuelle dans le mode d’expression qui lui plait », conclut Mme Gary. « La libre expression de sa sexualité apporte l'estime de soi et l'équilibre intérieur, alors vénérons le clitoris dans toute sa splendeur, libéré de toute honte et culpabilité ».
novembre 24 2014, Categorie: Communiqués de presse
LAS VEGAS, le 25 Novembre – Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, à l'heure actuelle, approximativement 165 million de femmes et filles ont enduré les conséquences de l'excision. Et, si la tendance actuelle se confirme, quelque 86 millions de jeunes filles à travers le monde risquent de subir des mutilations sexuelles d’ici à 2030. Bien que beaucoup d'entre elles soient africaines, Nadine Gary, directrice des communications pour Clitoraid, une ONG internationale basée aux USA, dans une déclaration publiée aujourd'hui, signale que le problème est maintenant d'envergure mondiale et doit absolument être éradiqué ».

“L' Article I de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme stipule que tous les êtres humains sont nés libres et égaux en droits et dignité," indique Gary. "Cela signifie que l'intégrité de l'individu, sa dignité et l'autonomie physique de son corps, incluant ses organes génitaux, ne doivent aucunement être violés contre son gré. »

«Et cela inclut », précise Gary, « le droit des femmes à leur sensualité, à leur jouissance sexuelle, leur droit au plaisir ». Malheureusement, ce droit à la sensualité et au plaisir est encore loin d’être reconnu et pris en compte dans la lutte contre les violences (incluant l’excision) faites aux femmes, et pourtant c’est un droit fondamental. Les femmes sont encore aujourd’hui fortement privées de ce droit. Par ex. au Kenya, alors que la justice lutte contre l’excision, des femmes sont déshabillées de force en public car jugées trop sexy. Et en Angleterre, la chirurgie réparatrice a encore des réticences à opérer le clitoris (considéré comme « seulement » un organe de plaisir), seule l'opération de l'ouverture de la voie vaginale est disponible, pas celle du clitoris ».

Pour rendre la dignité à toutes ces femmes et leurs droits aux plaisir, l’ouverture de hôpital construit par Clitoraid à Bobo Dioulasso au Burkina Faso, l’Hôpital Kamkasso, aussi appelé « Hôpital du Plaisir », est une nécessité. Clitoraid, qui lutte contre l’excision depuis 2006, redouble d’efforts pour pouvoir inaugurer cet hôpital le 6 février 2015, date de "Tolérance zéro pour les mutilations génitales" selon l'ONU.

“Nous offrons une chirurgie réparatrice du clitoris pour les victimes de l'excision" explique Gary.

De fâcheuses encombres administratives dues à de la discrimination religieuse ont malheureusement retardé son ouverture, et l'inauguration a dû être repoussée. Cependant, les chirurgiens américains de Clitoraid, tous bénévoles, ont tout de même pu venir en aide à 38 victimes de mutilations génitales dans une clinique voisine. Ces patientes venaient du Burkina Faso, d'autres pays en Afrique de l'Ouest et aussi de la Corne de l'Afrique. Hélas, les listes d'attente de Clitoraid en comptent des centaines d'autres et ces femmes nous implorent chaque jour de les aider à retrouver leur dignité de femme et sens du plaisir (nos opérations chirurgicales étant gratuites).

L’équipe Clitoraid travaille très fort pour l'ouverture de l'hôpital au printemps 2015 et toute aide financière est bienvenue.

Gary explique que lors de l’inauguration de l’hôpital, “des chirurgiens bénévoles tels que le Dr. Marci Bowers et le Dr. Harold Henning se rendront au Burkina Faso pour lancer cette mission humanitaire historique et se rendront ensuite au Kenya pour y former d'autres chirurgiens". “Grâce à la générosité de ces docteurs, des donateurs, à tous les bénévoles de Clitoraid, et la science moderne, les victimes de l'excision retrouveront le sens du plaisir physique qui leur a été si cruellement coupé. Leur dignité de femme sera enfin entière.”
octobre 13 2014, Categorie: Actualités Clitoraid
Madame,

C’est avec une grande admiration que nous venons vous féliciter pour votre participation à l’émission Africanités sur la chaine TV5 le 27 septembre 2014. Nous nous réjouissons de votre appui constant dans la lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF) au Faso incluant votre soutient particulier à Avfe-Clitoraid lors du projet d'ouverture de notre Hôpital Kamkaso à Bobo Dioulasso qui vous aviez prévu d'inaugurer au printemps dernier.

De fâcheuses encombres administratives dues à de la discrimination religieuse ont malheureusement retardé l’ouverture et l'inauguration a dû être repoussée. Cependant, nos chirurgiens bénévoles américains ont tout de même pu venir en aide à 38 victimes de mutilations génitales dans une clinique voisine. Ces patientes venaient du Burkina Faso, d'autres pays en Afrique de l'Ouest et aussi de la Corne de l'Afrique. Hélas, nos listes d'attente en comptent des centaines d'autres et ces femmes nous implorent chaque jour de les aider à retrouver leur dignité de femme et sens du plaisir (nos opérations chirurgicales étant gratuites.)

C'est bien pour cela que votre entrevue sur TV5 monde vient nous interpeler à nouveau car, comme vous le savez, cela fait dix ans que nous avons rejoint votre combat. Mais, malheureusement, notre association humanitaire est encore dans l'incapacité de pouvoir aider ces femmes excisées alors que notre hôpital est médicalement prêt à les soigner depuis déjà six mois. De surcroît, vous n'imaginez pas la frustration des quatre médecins et chirurgiens américains qui, en Mars dernier, se sont vus arbitrairement retirer leur licence temporaire (obtenue en bonne et due forme par l'Ordre des Médecins du Faso) au beau milieu d'une campagne humanitaire qui tient tant à coeur à la Première Dame du pays.

Votre discours sur TV5, nous l'avons entendu et nous sommes prêts à vous apporter notre aide journalière, mais de grâce, donnez-nous en la possibilité! Chaque mois qui passe où notre hôpital reste fermé, c'est un nouveau cri de douleur pour ces femmes meurtries par l'excision.

Nous souhaitons avidement inaugurer notre hôpital le 6 février 2015, date de "Tolérance zéro pour les mutilations génitales" selon l'ONU et nous serions à nouveau honorés de votre présence que vous nous aviez si généreusement promise en octobre 2013 et en puis en mars 2014.

Avec le renouvellement de votre appui télévisé pour l'abolition des mutilations génitales et de la violence faite aux femmes, nous sommes confiants que l'administration de votre pays facilitera l'ouverture de notre hôpital entièrement dédié à votre cause dans les délais proposés et que nos chirurgiens américains bénévoles ne seront plus empêchés sans raison par l'Ordre des Médecins Burkinabe.

Nos soeurs excisées méritent le meilleur de nous tous et toutes indépendamment de nos parcours spirituels individuels et le Burkina Faso est d'ailleurs le plus bel exemple de cette riche et respectueuse symbiose de communautés spirituelles variées.

Nous vous prions d’agréer, Madame, nos salutations les plus distinguées.

Nadine Gary

Directrice des Communications
juillet 06 2014, Categorie: Communiqués de presse
Le professeur gynécologue-obstétricien Charlemagne Marie Ouédraogo opposé à l’ouverture de l’Hôpital Kamkaso de l’AVFE/CLITORAID condamné pour diffamation !


Dans son verdict rendu public le 30 juin 2014, le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou,a déclaré Pr Charlemagne Marie OUEDRAOGO coupable des faits de diffamation envers l’Eglise raelienne du Bukina Faso.
En répression, le tribunal l’a condamné à une peine d'amende ferme de 100 000 FCFA, le paiement des frais du procès et de la somme de 1 000 000 FCFA à l’Eglise Raëlienne au titre de dommages et intérêts.

En rappel, alors que se préparaient dans la ferveur les festivités pour célébrer l’ouverture officielle prévue pour le 7 mars 2014 de l’Hôpital Kamkaso, la première clinique entièrement destinée à la restauration du clitoris et a la réparation des séquelles de l’excision, projet réalisé par l’AVFE/CLITORAID et soutenu par l’Eglise Raëlienne au Burkina Faso, une décision de dernière minute du ministère de la santé était intervenue pour empêcher cette ouverture, causant l’incompréhension et la plus grande déception de la population, des nombreuses patientes, des associations qui luttent contre l’excision, des milliers de donateurs qui ont contribue pour que cet hopital soit construit et des médecins bénévoles venus de l’étranger.

“De toute évidence, une lettre diffamatoire du Pr Charlemagne Marie OUEDRAOGO, émise le 24 février 2014 suite au communiqué de l’AVFE qui annonçait l’ouverture prochaine de la clinique, dans laquelle il traitait le projet Hôpital Kamkaso ‘‘d’une grosse campagne d’escroquerie organisée par la secte de RAEL’’, peut expliquer les raisons de la décision du ministre de la santé.” explique Ditalamane Hebie, Guide Raelien et porte parole du Mouvement Raelien en Afrique. “ En effet, Pr Charlemagne Marie OUEDRAOGO précise dans sa lettre que ‘‘le ministère a été saisi ainsi que le gouverneur pour arrêter cette campagne d’intoxication’’. Le constat est que le Ministère de la santé n’a pas autorisé l’ouverture de la clinique d’une part et l’Ordre national des médecins du Burkina a annulé les autorisations d’exercer au Burkina qu’il avait dûment accordées auparavant aux médecins bénévoles venus des Etats-Unis, d’autre part.”

Face à cette situation indescriptible, l’Eglise Raëlienne et l’Association AVFE/CLITORAID ont engagé des recours en justice dont l’un porte sur la diffamation faite par le professeur de médecine, Charlemagne Marie OUEDRAOGO.

“ Les Raeliens du Burkina Faso ont accueilli avec plaisir la decision du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou car c’est la premiere etape necessaire pour non seulement retablir la reputation du Mouvement Raelien aupres des medecins du Burkina qui ont recu cette lettre mais aussi pour obtenir les permis d’operer pour l’hopital Kamkaso qui represente un tel espoir pour les milliers de femmes qui souhaitent mettre fin a leurs douleurs quotidiennes liees aux sequelles de l’excision.” explique Ditalamane Hebie. “Le Pr Charlemagne Ouedraogo et tous ceux qui l’ont soutenu devraient avoir honte d’avoir stoppe cette action humanitaire pour satisfaire leur interet personnel au detriment du bien etre de ces femmes qui souffrent.
Nous sommes confiants que l’hopital pourra ouvrir ses portes rapidement et accomplir sa mission pour toutes les femmes qui le souhaitent de la sous region et des pays limitrophes.”
Aller à la page   <<        >>  

Donner

Offrez un cadeau à une personne que vous n'avez jamais rencontré et qu'elle n'oubliera jamais!

Boutique

Vidéos

Clitoraid.com