octobre 13 2014, Categorie: Actualités Clitoraid
Madame,

C’est avec une grande admiration que nous venons vous féliciter pour votre participation à l’émission Africanités sur la chaine TV5 le 27 septembre 2014. Nous nous réjouissons de votre appui constant dans la lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF) au Faso incluant votre soutient particulier à Avfe-Clitoraid lors du projet d'ouverture de notre Hôpital Kamkaso à Bobo Dioulasso qui vous aviez prévu d'inaugurer au printemps dernier.

De fâcheuses encombres administratives dues à de la discrimination religieuse ont malheureusement retardé l’ouverture et l'inauguration a dû être repoussée. Cependant, nos chirurgiens bénévoles américains ont tout de même pu venir en aide à 38 victimes de mutilations génitales dans une clinique voisine. Ces patientes venaient du Burkina Faso, d'autres pays en Afrique de l'Ouest et aussi de la Corne de l'Afrique. Hélas, nos listes d'attente en comptent des centaines d'autres et ces femmes nous implorent chaque jour de les aider à retrouver leur dignité de femme et sens du plaisir (nos opérations chirurgicales étant gratuites.)

C'est bien pour cela que votre entrevue sur TV5 monde vient nous interpeler à nouveau car, comme vous le savez, cela fait dix ans que nous avons rejoint votre combat. Mais, malheureusement, notre association humanitaire est encore dans l'incapacité de pouvoir aider ces femmes excisées alors que notre hôpital est médicalement prêt à les soigner depuis déjà six mois. De surcroît, vous n'imaginez pas la frustration des quatre médecins et chirurgiens américains qui, en Mars dernier, se sont vus arbitrairement retirer leur licence temporaire (obtenue en bonne et due forme par l'Ordre des Médecins du Faso) au beau milieu d'une campagne humanitaire qui tient tant à coeur à la Première Dame du pays.

Votre discours sur TV5, nous l'avons entendu et nous sommes prêts à vous apporter notre aide journalière, mais de grâce, donnez-nous en la possibilité! Chaque mois qui passe où notre hôpital reste fermé, c'est un nouveau cri de douleur pour ces femmes meurtries par l'excision.

Nous souhaitons avidement inaugurer notre hôpital le 6 février 2015, date de "Tolérance zéro pour les mutilations génitales" selon l'ONU et nous serions à nouveau honorés de votre présence que vous nous aviez si généreusement promise en octobre 2013 et en puis en mars 2014.

Avec le renouvellement de votre appui télévisé pour l'abolition des mutilations génitales et de la violence faite aux femmes, nous sommes confiants que l'administration de votre pays facilitera l'ouverture de notre hôpital entièrement dédié à votre cause dans les délais proposés et que nos chirurgiens américains bénévoles ne seront plus empêchés sans raison par l'Ordre des Médecins Burkinabe.

Nos soeurs excisées méritent le meilleur de nous tous et toutes indépendamment de nos parcours spirituels individuels et le Burkina Faso est d'ailleurs le plus bel exemple de cette riche et respectueuse symbiose de communautés spirituelles variées.

Nous vous prions d’agréer, Madame, nos salutations les plus distinguées.

Nadine Gary

Directrice des Communications
mars 08 2014, Categorie: Actualités Clitoraid
Ottawa, Canada
Par Hélène Munger,Coordinatrice de la manifestation

Nous sommes allés manifester devant l’ambassade du Burkina Faso à Ottawa au Canada. Nous étions 10 personnes enjouées et heureuses d’être là pour nos sœurs Africaines. La plupart d’entre nous ont donné des milliers d'heures de leur temps organisant maintes collectes pendant des années pour ouvrir ce merveilleux hôpital qui répare gratuitement le mal fait à des milliers de femmes qui n’ont pas les moyens de retrouver leur intégrité et leur dignité.

C’est pourquoi, forts de tout ceci, en tant que représentants de la capitale canadienne, M.Rolland Gaudette et moi-même sommes allés rencontrer l’ambassadeur. 

L’ambassade n’avait pas répondu à notre demande écrite pour un entretient avec l’ambassadeur mais en arrivant pour la manifestation, le policier de la Garde Républicaine Canadienne nous a annoncé que notre demande avait été acceptée. C’était très spécial comme atmosphère, on nous a laissé attendre debout à l’entrée en attendant que l’ambassadeur descende nous rencontrer. Autour de lui, une dizaine de personnes dont deux qui nous filmaient tout au long de l’entrevue.  Deux femmes se tenaient tout au fond du corridor et nous observaient aussi.
L’ambassadeur nous a expliqué qu’il fallait suivre certaines étapes pour obtenir le permis et que ce n’était en aucun cas une discrimination religieuse.Il nous a dit que son gouvernement faisait tout ce qu’il peut pour faire arrêter l’excision.Nous avons ressenti l'ambassadeur mal à l’aise.  Par contre, les autres hommes autour de lui arboraient des sourires très chaleureux. Lorsque nos représentants sont sortis, le premier conseiller les accompagnait et nous a dit que le gouvernement n’avait jamais fait de tort aux Raëliens dans leurs activités. Il a dit qu’il était content de notre démarche et que ça allait les aider.

De retour dans la rue, une passante est venue s’informer et a posé beaucoup de questions.Elle est étudiante universitaire en relation internationale.
Un photographe du journal Citizen d’Ottawa, a pris beaucoup de photos et nous a dit qu’il y avait justement un article qui se faisait sur les mutilations génitales féminines et qu’ils allaient nous y incorporer.
 


Bruxelles, Belgique
Par Marie Helene Trigalet, leader de Clitoraid en Belgique.

Nous étions neuf  pour la délégation /manifestation afin de montrer notre indignation contre l’interdiction de l’ouverture de l’hôpital du plaisir .
L’équipe a reçu un contact encourageant et a conversé avec un Burkinabé. Quant à moi, je me suis rendue dans l’ambassade. J’avais pris un rendez-vous la veille avec Madame Narré , représentante de l’Ambassadeur .
J’ai été très gentiment accueillie et j’ai remis un dossier sur Clitoraid , la lettre destinée à l’ambassadeur ainsi que le communiqué de presse en double exemplaire.
La secrétaire de l’ambassadeur a montré son étonnement  et a déploré ce qui s’était passé dans son pays . Elle était interpellée que ce soit sous la pression des catholiques alors que l’excision est une coutume pratiquée en prédominance  dans les communautés musulmanes sub-sahariennes.
Si l’ambassadeur n'avait pas été en voyage elle m’aurait accordé une audience avec lui. Mission accomplie!

Merci à tous pour votre présence et d’être venus d’aussi loin pour la défense des droits des femmes. La lutte pour les droits de l’être humain est loin d’être terminée . En ce premier jour de la journée de la femme voici encore un témoignage que notre vigilance doit être permanente.
J’aime beaucoup cette citation : « Pour que le mal triomphe seule suffit l'inactivité des hommes de bien » Edmund Burke.
Alors armons- nous d’amour et de volonté pour que le Bien triomphe.


France
Introduction par Mariella Cossu, leader de Clitoraid en France


L'équipe Française de CLITORAID et du Mouvement Raëlien se sont unis pour sensibiliser l'Ambassade du BURKINA FASO à PARIS et devant 5 Consulats burkinabé dans differentes régions de l'Exagone afin de manifester leur mécontentement lié à l'interdiction d'ouverture de l'Hôpital du Plaisir KAMKASO construit par CLITORAID à Bobo Dioulasso.

C'est ainsi qu'une lettre officielle a été remise à Paris aux assistants de l'Ambassadeur en mains propres par une quinzaine de manifestants dont certains étaient venus de l'Ouest de la France. Des tracts ont été distribués et un proche de l'Ambassadeur du Vatican en France étant de passage a été choqué d'apprendre que ce refus d'ouverture était causé par l'Eglise catholique en promettant d'écrire au Saint Siège....

Pour les autres provinces de France, ce même courrier fut remis aux Consulats de Nice, Marseille, Lyon et à Bordeaux.

Une invitation à agir a également été envoyée à toutes nos mailing listes provinciales qui comptent plusieurs milliers de sympathisants et de Raëliens pour leur demander d'écrire à l'Ambassade et aux différents Consulats afin de faciliter l'ouverture rapide de l'Hôpital.

Côté lobbying, une sensibilisation vers un nombre de personnalités a été réalisée par Françoise Delcoustal pour le compte de CLITORAID.

Et en parlant de personnalité, Melle Princesse Loona qui entretient de très bonnes relations avec le célèbre humoriste Dieudonné est allée l'informer de cet évènement et comme vous vous en doutez il ne fut pas surpris de cette opposition.

Biensûr, une diffusion immédiate sur facebook fut également retransmise par la province Rhône Alpes, photos à l'appui.

Une belle implication générale donc en ce jour historique du 7 mars qui fêtait l'ouverture du premier hôpital spécialisé dans la reconstruction clitoridienne sous l'impulsion d'une idée merveilleuse du Maitreya Raël.

Les détracteurs n'y croyaient pas mais ce qui est sur c'est qu'ils ont pu constater que nous tenons nos engagements et qu'on peut compter sur nous pour améliorer les conditions de vie de l'Humanité.








mars 08 2014, Categorie: Actualités Clitoraid
La lettre suivante a été remise aux ambassadeurs et consulats Burkinabés du monde entier. Des actions légales ont été lancées contre ceux qui ont poussé le gouvernement du Burkina Faso à prendre des mesures hautement discriminatoires et inhumaines. Des centaines de femmes victimes de MGF organiseront des manifestations au Burkina Faso la semaine prochaine puisque le Ministre de la Santé a été jusqu'à révoquer le permis temporaire d'exercer des quatre médecins bénévoles américains qui étaient venus au Burkina pour opérer les 80 premières patientes sur notre liste d'attente. Bien que l'ouverture de notre hôpital aie été empêchée, nos docteurs ont tout de même opéré 29 patientes, dans une clinique voisine possédant les permis requis et planifiaient de continuer leur mission humanitaire la semaine suivante


Le vendredi 7 mars 2014

Monsieur l'Ambassadeur,

Nous sommes venus crier notre indignation aux portes de votre ambassade suite à la décision scandaleuse du gouvernement Burkinabé de ne pas accorder l'autorisation d'ouvrir ses portes le 7 mars 2014 à un centre médical pourtant complètement fonctionnel dédié à la réparation clitoridienne à Bobo Dioulasso.

Le centre médical humanitaire Kamkaso, sponsorisé par l'ONG américaine Clitoraid​ a effectivement pour principale fonction d'offrir la restauration chirurgicale clitoridienne gratuitement à toutes les femmes excisées qui le désirent.

Le premier dossier de demande d'autorisation pour la création et l'ouverture de cet hôpital a été déposé en 2011, ensuite déclaré perdu par les services du ministère de la santé Burkinabé. Suite à cette perte du premier dossier, la direction régionale de la Santé a demandé à l’AVFE de réintroduire un autre dossier en février 2014; toutes les pièces demandées ont été fournies et le dossier a normalement suivi son cours jusqu’au cabinet du ministre de la Santé. Les représentants du Ministère de la Santé ont toutefois garanti aux représentants du partenaire de Clitoraid au Burkina Faso, l'association de femmes AVFE, que ce retard dû à la perte du dossier ne retarderait en rien l'ouverture de notre centre médical et qu'il nous serait possible d'opérer dès le 7 mars.

Toutefois le 27 février, Madame Compaore, première dame du Burkina Faso annulait sa participation à l'inauguration prévue le 7 mars et le même jour, le Ministre de la Santé nous interdisait de lancer les opérations telles que prévues et refusait de dire quand l'autorisation serait donnée. Ces faits sont intervenus seulement deux jours après qu'un médecin influant au Burkina, membre d'une organisation catholique puissante, ait fait savoir haut et fort, dans une missive extrêmement diffamatoire que le ministère de la Santé et le gouverneur avaient été saisis pour qu'ils empêchent l'ouverture de notre centre de médical en raison de l'affiliation de Clitoraid au Mouvement Raëlien.

​Nous sommes convaincus que le Burkina Faso ne souhaite pas s'inscrire dans la liste des pays pratiquant la discrimination religieuse et que cette situation sera rapidement résolue afin que les centaines de femmes qui se sont inscrites pour bénéficier de ces réparations chirurgicales gratuites puissent en bénéficier rapidement. Notre liste compte des femmes venant de 12 autres pays d'Afrique. Le Burkina Faso est un leader en matière de lutte contre le fléau de l'excision et disposer d'un centre médical dédié à la réparation gratuite des millions de femmes qui souffrent des séquelles de cette mutilation nous semble une progression logique pour le pays.

Pourtant aujourd'hui un bâtiment construit grâce aux donations de milliers de personnes de par le monde de toute confession, parfaitement équipé et fonctionnel, reste inutilisé uniquement parce que la personne qui en a inspiré la construction est le chef spirituel d'un mouvement philosophique qui est par ailleurs reconnu mondialement et compte des milliers de membres au Burkina.

Les médecins volontaires de Clitoraid ont dû commencer leurs opérations dans une clinique amie de Bobo Dioulasso. 80 femmes sont arrivées dans la ville pour être opérées et sont scandalisées d'apprendre que le gouvernement a cédé à de telles pressions. Des dizaines de journalistes en sont les témoins sur place et les bénévoles de Clitoraid qui se présentent aujourd'hui devant votre ambassade n'auront de cesse que la discrimination qu'ils subissent soit totalement levée et que les opérations commencent dans le seul centre médical au monde dédié aux femmes.

Nous espérons vivement que le gouvernement Burkinabé entendra notre appel au travers de vos services et que cet incident discriminatoire sera rapidement réglé sans qu'il soit besoin de faire appel aux instances internationales pour le respect de la liberté religieuse

Je vous prie de croire, Monsieur l'Ambassadeur, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Brigitte Boisselier

Présidente de Clitoraid
Porte-parole du Mouvement Raelien International.

mars 02 2014, Categorie: Actualités Clitoraid
Dimanche 23 février, une centaine de personnes se sont rassemblées pour ce cri du corps, conversation intime sur un thème pour certains tabou, pour bien d’autres inconnu ou presque. C’est avec brio que l’excision nous a été présentée sous toutes ces facettes, tout d’abord avec Habibata qui nous a parlé de son vécu, de cette réalité dans sa chair, une réalité encore bien difficile à dire parce qu’elle ramène à des souvenirs qui ont ému l’assistance aux larmes, à plus d’une reprise.

Mais l’excision, ce n’est pas uniquement une blessure infligée au corps, il y a un immense nuage d’obscurantisme qui entoure cette pratique qui ne peut être qualifiée que de barbare, dès que nous prenons la bien courte distance de sortir de la tradition. Le Dr Samantha Dubray nous a ensuite brossé un tableau très élaboré sur la sexualité humaine et les liens à faire avec l’excision sous l’éclairage psychologique et sexologique, mais bien sûr surtout avec la redécouverte, la prise en main psychologique de ces femmes excisées qui retrouvent un corps complet, pour la première fois à l’âge adulte.

Malgré l’horreur décrite tout au long de ce colloque, si nous y étions invités, c’était d’abord et avant tout pour célébrer la science qui a permis de développer une intervention chirurgicale mineure donnant aux femmes excisées la possibilité de retrouver leur intégrité physique complète. C’est ce que le troisième panéliste a expliqué en détail, puisque le Dr Harold Henning fait partie de l’équipe des chirurgiens bénévoles de Clitoraid qui a déjà commencé à offrir cette opération de reconstruction génitale. Il fera partie de l’équipe qui inaugurera officiellement l’Hôpital du Plaisir, le 7 mars prochain, au Burkina Faso, où il prévoit opérer 5 patientes par jour, tout en enseignant les techniques à des chirurgiens locaux qui prendront la relève dans la lancée de cette vague scientifique révolutionnaire.

Cette intime rencontre nous a tout autant éduqués qu’émus, pour nous laisser sur une note d’espoir de voir bientôt cette tradition reléguée aux erreurs et incompréhensions passées de nos ancêtres. Voilà pourquoi Maitreya Raël a initié et inspiré la naissance de Clitoraid, ayant saisi l’opportunité présentée par cette technique chirurgicale permettant de réparer cette humiliation faite aux femmes et de rendre ineffective la tradition de l’excision.

La période de questions nous a tous touchés au plus haut point, lorsque nous avons entendu ces femmes courageuses de l’assistance venir nous révéler leur intimité, nous questionner, nous partager leurs inquiétudes, leurs souffrances, en nous faisant la démonstration du degré d’ignorance et de tabou qui entoure encore cette pratique lorsqu’une jeune participante a débuté la première phrase de la période de questions en nous disant « Je ne sais pas si je suis excisée… ».

Il y a bien sûr énormément de travail à faire pour changer les mentalités, mais ce premier colloque a bien donné le ton en mettant de l’avant cette solution révolutionnaire qui redonnera à bien d’autres Habibata le courage de dire « Non à l’excision » tout comme cette chanson.
Aller à la page       >>  

Donner

Offrez un cadeau à une personne que vous n'avez jamais rencontré et qu'elle n'oubliera jamais!

Boutique

Vidéos

Clitoraid.com